LES TROUBLES

Les troubles anxieux

L’anxiété est un état émotionnel de peur intense, de tension nerveuse, peu différencié et en général chronique. La peur désigne, à la différence de l’anxiété, un état dont l’objet est bien connu du patient.

Aujourd’hui une distinction est faite entre l'”anxiété-trait” et l”anxiété-état”. L’anxiété-état peut survenir chez tout individu et passe avec le temps. L’anxiété-trait caractérise une personne ayant tendance à éprouver de la peur en présence de situations peu ou pas anxiogènes pour d’autres individus.

La phobie est une peur continue, non raisonnée d’un être, d’une situation ou d’un objet qui ne présentent aucun danger. Le patient sait que sa phobie est irrationnelle et il éprouve une souffrance car son comportement est dirigé par la peur d’être confronté de manière inattendue au stimulus phobogène qu’il évite. Des centaines de phobies ont été dénombrées et elles sont fréquentes. Les phobies simples ne gênent pas forcément beaucoup les sujets tant qu’ils ne sont pas confrontés aux stimulations phobogènes (exemples : souris, serpent, insecte, voyage en avion..).

Les phobies sociales et l’agoraphobie perturbent le quotidien et se traduisent par des évitements et des manifestations émotionnelles pouvant devenir obsessionnelles.

La dépression

Elle est un trouble psychiatrique qui se caractérise par une altération de l’humeur allant de la tristesse à la mélancolie et par un ralentissement psychomoteur. Cette affection se rencontre très fréquemment. Elle s’accompagne parfois d’anxiété.

Le patient ressent une impression douloureuse d’impuissance, de désespérante fatalité et cela peut l’entraîner dans des ruminations concernant les thèmes d’indignité, d’auto-dépréciation, de culpabilité, ce qui peut le conduire à penser au suicide et à le réaliser. La dépression se produit suite à certaines circonstances (perte, deuil, séparation, déménagement…) ou/et quand il y a une prédisposition biologique. Cette maladie est liée à l’incapacité d’échapper à une situation pénible.

La psychothérapie permet aux déprimés de comprendre quels mécanismes psychiques entraînent la souffrance mentale et diminue le risque de récidive par la maîtrise de l’agressivité, des pensées dépressogènes et des blessures narcissiques.

Les troubles cognitifs

Ils peuvent concerner différents domaines :

– l’attention : les personnes ayant des troubles attentionnels sont facilement distraites par des événements environnementaux. Elles ont du mal à se souvenir des informations nouvelles ou à répéter ce qui vient d’être entendu.

– les fonctions exécutives concernent les activités de planification, de décison, de correction, de contrôle inhibiteur et la flexibilité mentale. Les patients souffrant de troubles de ces fonctions ont tendance à abandonner les projets compliqués. Ils comptent sur les autres pour s’organiser ou prendre une décision.

– la mémoire et l’apprentissage : Il existe différents types de mémoire (à long terme, à court terme, immédiate…). Les troubles majeurs de la mémoire se caractérisent par exemple par des répétitions dans le discours, l’impossibilité de restituer une courte liste de mots.

– le langage : la personne éprouve des difficultés de compréhension ou/et d’expression. Elle utilise parfois des mots comme “truc” ou des phrases qui peuvent être employées dans différents contextes.

– les activités perceptivomotrices : les patients, dans les troubles majeurs, échouent lors de l’utilisation d’instruments.

– la cognition sociale : des déficits de reconnaissance des émotions existent et les personnes atteintes de ces troubles se comportent en dehors des normes socialement admises.

Les troubles de la personnalité

Les patients atteints de troubles de la personnalité ont des conduites qui dévient de la norme de la culture dont ils sont issus.

Cette déviation se produit dans des domaines concernant :
– le contrôle des impulsions
– les relations personnelles
– la réponse émotionnelle
– la cognition (les pensées)
Les conduites déviantes concernent des situations diverses de la vie des personnes et créent une souffrance ou altèrent le fonctionnement au travail, en société ou en famille. Le début des troubles apparait au plus tard chez l’adulte jeune.

Le DSM 5 (critères diagnostiques de l’Association Américaine de Psychiatrie) décrit dix troubles de la personnalité : paranoïaque, schizoïde, schizotypique, antisociale, borderline, histrionique, narcissique, évitante, dépendante, obsessionnelle-compulsive.